Ergomotricité - Ergomotricite - ACTIS E&P
Aller au contenu
Le stress vu par les ergomotriciens
ERGOMOTRICITE : des gestes efficaces et préservant durablement la santé
Publié par dans Définitions · 1 Mars 2009
Tags: StressErgomotricien

« Le stress est l’état de l’organisme dont le bien être est menacé et qui n’a pas de réponses immédiate pour réduire cette menace » dans The stress of life (Le stress de la vie), Hans Selye, McGraw-hill,1977.
Le stress fait partie des troubles psychosociaux, on le retrouve de façon importante au travail, il touche près d’un salarié sur trois, il doit être combattu par des mesures préventives d’amélioration des conditions de travail et non pas traité seulement à postériori au plan individuel comme le propose trop souvent de très nombreuses entreprises. Selon une enquête européenne de 2005, 27% des travailleurs se plaignent de problèmes de santé liés à un travail stressant et 61% des Français perçoivent leur travail comme fortement stressant. Le « Conseil économique et social » précise que les conditions de travail sont responsables de 300 à 400 suicides par an pour des raisons professionnelles.
Malgré cela le stress au travail est trop souvent faiblement pris en compte par les employeurs, qui renvoient souvent le problème hors du champ de travail, en l’attribuant à une éventuelle fragilité individuelle. Trop souvent on propose une gestion individuelle du stress. Erreur ! grosse erreur il faut s’attaquer à la source du problème comme il est proposé dans l’ouvrage de Gestes et Mouvements Justes de Michel Gendrier. S’il est convenu qu’il y a plusieurs types de stress certains sont dits « aigus ou chroniques » les autres « choisis ou subis ». Certains stress sont stimulants d’autres par contre, les plus nombreux, sont traumatisants. Il est important de démonter l’idée que le stress est forcément personnel, qu’on ne peut rien y faire et rappeler qu’aucun n’est bon pour le bien être du salarié. Les effets sont nombreux : douleurs musculaires, et articulaires, fatigue chronique, troubles du sommeil, mais aussi sensibilité accrue, crise de nerfs, violence, angoisse, mal être, accidents du travail et domestique, absentéisme……..
Le stress entraîne trop souvent, à des recours aux produits additifs comme l’alcool, le tabac, les somnifères, les anxiolytiques et si tout cela se prolonge le stress peut-être facteur d’hypertension, de diabète et même d’obésité. Il entraîne dans de nombreux cas des maladies cardiovasculaires, des T.M.S. (Troubles Musculo-squelettiques) des dépressions ou des infections récurrentes. Pour inciter les employeurs à se mobiliser, il est bon de rappeler que le code du travail oblige l’employeur à prévenir des risques professionnels, les salariés, en les formant à la maîtrise des stresseurs, aux gestes et mouvements justes, à l’organisation des postes de travail, et aux techniques de relâchement.
Dans de nombreux cas on enregistre qu’une pratique physique de loisir apporte d’importantes améliorations. Ex : léger footing, en écoutant de la musique dans un walkman, avait un effet reconnu sur les endomorphines secrétées par l’hypotalamus et donc un impact sur le cerveau émotionnel. Bien d’autres activités peuvent être pratiquées tels que le jardinage, le bricolage.




Aucun commentaire

Retourner au contenu